Suite à la loi PACTE, de nombreux particuliers sont face à un dilemme : Ouvrir un PERin ? Continuer d’alimenter son assurance vie ou ses anciens contrats ? Transférer son épargne sur ce nouveau produit retraite ? Afin de vous aiguiller dans votre choix, faisons le point sur ce nouveau contrat épargne retraite individuelle.

Afin de simplifier la gestion de l’ensemble des produits d’épargne retraite individuelle et d’en harmoniser les règles, le PERin a pour vocation de remplacer progressivement l’ensemble des produits d’épargne retraite individuelle existants : Madelin, PERP, PREFON… L’objectif reste le même : accumuler un capital afin de percevoir des flux complémentaires au moment de la retraite.

1. Déduction des versements : un avantage fiscal

Le PERIn s’adresse principalement à ceux qui souhaitent préparer leur retraite et réduire leur charge fiscale. En effet, les versements sont déductibles de votre revenu imposable dans la limite d’un plafond. Si vous ne déduisez pas ces versements de votre revenu imposable, vous aurez un avantage fiscal au moment de la sortie de votre PERin.

 

  1. Une épargne disponible sous certaines conditions

Vous ne pouvez pas disposer de votre épargne jusqu’à votre départ à la retraite. Cependant, la loi PACTE a assouplie les conditions de sortie anticipée : vous pouvez en disposer pour l’achat de votre résidence principale ou en cas d’accident de la vie : décès de votre conjoint ou de votre partenaire de PACS, surendettement, invalidité, épuisement de vos droits aux allocations chômage, cessation de votre activité non salariée suite à une liquidation judiciaire.

 

  1. Une sortie en capital ou en rente

Vous aurez le choix de percevoir l’épargne accumulée en capital (versé en une seule fois ou fractionné) ou en rente.

 

  1. Une gestion pilotée généralisée

Cette gestion signifie que vos versements seront automatiquement investis sur des supports financiers de moins en moins risqués à l’approche de votre retraite. Ce principe s’applique « par défaut » sur le nouveau produit PERin mais il est possible d’opter pour une gestion libre.

 

  1. Transmission en cas de décès

En cas de décès, votre épargne sera transmise à vos bénéficiaires sous forme de rente ou de capital, éventuellement exonéré, si vous avez versé des primes régulièrement échelonnées dans leur montant et leur périodicité, pendant une durée d’au moins quinze ans. A défaut de versements réguliers, ce sont les règles de l’assurance-vie qui s’applique.

 

  1. Transfert d’un contrat assurance-vie ou de capitalisation vers un PERin

Vous bénéficiez d’un avantage fiscal spécial en cas de transfert de votre épargne placée sur un contrat d’assurance-vie ou de capitalisation, vers un PERin. La seule condition est que le contrat doit avoir plus de 8 ans ! L’abattement prévu sur les intérêts en cas de retrait sur le contrat d’assurance-vie est doublé soit 9200€ pour les célibataires et 18 400€ pour les couples mariés ou pacsés.

 

Nos professionnels peuvent vous conseiller dans la gestion de vos contrats.